AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

 We've come a long way from where we began [Feat Juno]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Hasegawa Hiro
miley cyrus
avatar
miley cyrus
le blaze : Omija
orz depuis : 23/07/2016
bullsheit : 413
points : 653
date de naissance : 26/05/1993
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
# We've come a long way from where we began [Feat Juno] - Lun 1 Aoû - 22:24

We've come a long way from where we began
Feat Juno ♥

Installé sur les bancs du terrain, j'écoute attentivement le coach sportif qui nous donne quelques derniers conseils quant à notre manière de jouer, le groupe et moi. Étant donné que je suis le capitaine il me fait forcément plus de remontrances quant à mon jeu ces derniers temps, me reprochant de ne pas être assez attentif. Il faut dire que depuis quelques jours mon esprit est quelque peu parasité par un sentiment profond de peine. Il m'arrive d'avoir certaines périodes où certains souvenirs se ravivent dans mon esprit, laissant une marque amère, me faisant perdre le peu d'énergie que je peux avoir la journée, et me poussant à être quelque peu paresseux, me mettant ainsi dans un état de faiblesse. Je sais pertinemment que mes états d'âme ne doivent pas influencer sur mes capacités sportives, sur mes résultats scolaires aussi, mais il semble difficile d'agir comme si de rien n'était, pourtant je tente, en vain. Je hoche donc positivement de la tête, essayant de vider ma tête. Il arrive que le sport parvienne à me faire oublier toutes ses blessures profondément ancrées dans mon âme comme il arrive que cela n'aide en rien. Fort heureusement, c'est majoritairement positif. Après nous avoir donné quelques conseils, le coach me demande, à part, pour me dire quelque chose d’important, semble t-il. Il me précise alors qu'une nouvelle recrue va très prochainement arriver, et que je dois m'occuper de lui, en évaluant ses capacités et s'il est apte à entrer au sein du groupe de basket-ball. Il lui a déjà fait une pré-évaluation mais il souhaite pouvoir recueillir mon avis aussi, pour avoir une meilleure idée du personnage. Il me connaît assez bien pour savoir que je juge toujours de la meilleure façon qu'il soit les nouveaux venus, parfois même mieux que lui. Il m'explique donc que je dois attendre dans les vestiaires, le nouveau arrivant, normalement. Je quitte donc le terrain, excité à l'idée de pouvoir recruter un nouveau membre du club, ne me doutant pas une seule seconde de la surprise qui m'attend.

Je m'installe donc sur un banc, une feuille et un stylo en main, prêt à commencer l'interrogatoire. Lorsque j'entends la porte du vestiaire qui s'ouvre, je ne regarde pas immédiatement la personne et ce n'est que lorsque je sens un regard qui se pose sur moi que j'ose enfin lever les yeux, mon cœur manquant quelques battements. Le temps semble se figer soudainement, m'empêchant de respirer, des souvenirs douloureux refaisant surface, des blessures ineffaçables s'ouvrant subitement, me mettant face à un vide indescriptible. Ma lèvre se met à trembler, ma gorge s'asséchant brusquement, « Ju . . .  Juno ? ». Je vais certainement erreur, oui ça doit être le cas. Ça doit être son jumeau, mais . . . pourquoi ai-je cette sensation si étrange que je n'ai généralement pas en présence de Ren . . . ?



Oh respectful zepplin signature


He will be free
Gritting your teeth, you hold onto me. It's never enough, I'm never complete. Tell me to prove, expect me to lose. I push it away, I'm trying to move. Hoping for more, and wishing for less. When I didn't care was when I did best. I'm desperate to run, I'm desperate to leave. If I lose it all, at least I'll be free.
Hasegawa Hiro
miley cyrus
avatar
miley cyrus
le blaze : Omija
orz depuis : 23/07/2016
bullsheit : 413
points : 653
date de naissance : 26/05/1993
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
# Re: We've come a long way from where we began [Feat Juno] - Mar 2 Aoû - 19:05

We've come a long way from where we began
Feat Juno ♥

Je reste pantois, choqué, par cette surprise si inattendue. Je ne sais pas réellement quoi dire, les mots se perdant au travers de ma gorge, mon esprit voguant ailleurs, un vif sentiment de culpabilité me lacérant les entrailles. J'ai l'impression que tout tourne au ralenti autour de moi, que je n'entends plus rien, que je ne vois plus rien, à part lui, sa silhouette qui a tant mûri. Certes il garde le même visage qu'auparavant, certes c'est la même personne, mais il dégage quelque chose de lui qui est différent du passé. Ce qui, inconsciemment, me rassure. Le son de sa voix est la même et je tremble légèrement à son écoute, des souvenirs se ravivant dans mon esprit tourmenté. Cela fait 5 ans, si mes souvenirs sont bons. 5 ans que je ne l'ai pas vu, 5 ans que cela s'est passé, 5 ans que son corps s'est écroulé, devant moi, 5 ans que je vis avec cette honte et cette culpabilité qui me dévorent, 5 ans . . . . Cela me paraît long comme court. J'ai encore le sentiment que cela s'est passé hier, que c'est hier que par ma faute il a fait une tentative de suicide, qu'il est parti dans le coma, qu'il a été traumatisé, par ma faute. 5 ans. Je sors brusquement de mes pensées, tentant de me concentrer sur lui, essayant de mettre de côté tout ça. Je grince des dents lorsqu'il m'ignore, lorsque je me rends compte qu'il n'a pas l'air, plus que ça, d'être tourmenté par ma présence, d'être gêné, j'ai l'impression d'être un parfait inconnu à ses yeux, gardant une certaine maîtrise de lui alors que moi, de mon côté, c'est un véritable ouragan. Quelque part je suis rassuré, car il donne l'impression de ne pas m'en vouloir, mais justement, cette réaction m'inquiète, encore plus, j'aurai préféré qu'il me frappe, me crache au visage, me déteste, alors que là, il m'ignore et c'est certainement pire. « Euh . .  oui enchanté. Hasegawa Hiro, le capitaine de l'équipe », dis-je en détournant mon regard alors qu'il s'installe en face de moi. Je tente, moi aussi, de me maîtriser, mais je dois avouer que c'est bien trop d'émotions pour moi. « Explique moi . . . . Ju . . .  No », j'ai du mal à dire son prénom, mes lèvres semblant se brûler, « la raison de ton inscription dans le club de basket ». Je lève de nouveau mon regard vers lui, celui-ci croisant le sien, plongeant dans les profondeurs de ses pupilles. « ça va ? » ne puis-je m'empêcher de demander, de manière automatique sans que je ne puisse contrôler mes paroles.



Oh respectful zepplin signature


He will be free
Gritting your teeth, you hold onto me. It's never enough, I'm never complete. Tell me to prove, expect me to lose. I push it away, I'm trying to move. Hoping for more, and wishing for less. When I didn't care was when I did best. I'm desperate to run, I'm desperate to leave. If I lose it all, at least I'll be free.
Hasegawa Hiro
miley cyrus
avatar
miley cyrus
le blaze : Omija
orz depuis : 23/07/2016
bullsheit : 413
points : 653
date de naissance : 26/05/1993
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
# Re: We've come a long way from where we began [Feat Juno] - Mer 3 Aoû - 19:54

We've come a long way from where we began
Feat Juno ♥

J'avale difficilement ma salive lorsque j'entends ses mots, semblant raisonner dans mon esprit. En vérité, je sais qu'il aime le basket, je l'ai toujours su. Petits, nous nous retrouvions souvent pour une partie sur le terrain, moi séchant parfois les cours pour m'y rendre, appréciant ses moments complices. J'ai apprécié le basket en sa compagnie, j'ai aimé le basket avec lui, j'ai eu le premier échange, le premier ballon, à ses côtés, alors le basket  . .  . c'est une part de nous, de notre enfance, de ce passé si heureux et pourtant si malheureux. Si seulement les choses avaient été différentes, si seulement il n'y avait pas eu ce baiser, si seulement je n'avais pas fait l'idiot, pensant bien faire en le criant sur tous les toits, si seulement j'avais été plus mature, mais avec des si on ne refait pas le monde. Il a fallu que ça se passe, point final. Et aujourd'hui nous voici là, en face de l'autre, moi essayant de le recruter et lui essayant de se vendre en tant que futur membre de l'équipe. Je suis surpris d'apprendre qu'il a été lui aussi capitaine, à une époque où je n'étais pas à ses côtés. J'ai l'impression qu'il s'en est passé des événements dans sa vie, en mon absence. « Hum je vois . . . alors vous avez sûrement une bonne expérience dans ce sport ». Je hoche positivement de la tête, essayant de m'en contenter et d'aller dans ce sens là, mais la conversation dévie, malgré moi. Je racle plusieurs fois ma gorge quand dans son regard j'ai le sentiment de percevoir de la haine, ou de la frustration, je ne sais pas, je ne sais plus. Je me sens mal, honteux, désireux de fuir pour ce que j'ai fait, n'ayant jamais eu la possibilité de m'expliquer, de me faire pardonner. Il me renvoie cette image de lui, au sol, le sang coulant de ses veines et moi, le regardant, épouvanté par tant de monstruosité. « Je . . . », comment puis-je lui dire que ma vie est ? J'ai passé deux ans à l'armée, à cause de lui, me sentant bien trop coupable pour continuer à me voir dans un miroir, je n'ai eu de cesse de penser à lui, et encore à l'heure actuelle, je le fais. J'ai toujours ce sentiment d'avoir un poids sur les épaules, un poids qui n'a jamais cessé d'exister. Ce poids, c'est surtout des mots, jamais avoués. « Je suis . . . J'étais idiot. J'étais jeune à l'époque . . . C'est . . . ». Je sais que ce n'est pas le bon moment pour régler nos comptes, mais je ne peux m'empêcher de lui dire certaines choses. J'inspire profondément et détourne le regard. « En tout cas, je suis heureux de savoir que tu es . . . vivant ». Je me mords la lèvre, le mot faisant trembler mon âme. Oui, il aurait pu mourir, être 6 pieds sous terre et je pense que là, oui là, ma culpabilité aurait été mortelle. « Tu ne comprendrais pas de toute manière », comme s'il y avait quelque chose à comprendre . . .



Oh respectful zepplin signature


He will be free
Gritting your teeth, you hold onto me. It's never enough, I'm never complete. Tell me to prove, expect me to lose. I push it away, I'm trying to move. Hoping for more, and wishing for less. When I didn't care was when I did best. I'm desperate to run, I'm desperate to leave. If I lose it all, at least I'll be free.
Hasegawa Hiro
miley cyrus
avatar
miley cyrus
le blaze : Omija
orz depuis : 23/07/2016
bullsheit : 413
points : 653
date de naissance : 26/05/1993
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
# Re: We've come a long way from where we began [Feat Juno] - Jeu 4 Aoû - 0:28

We've come a long way from where we began
Feat Juno ♥

Je sais que je prends là un chemin dangereux et épineux. Je sais que pour une première rencontre après tant d'année, ce n'est pas le meilleur sujet de conversation mais je ne peux pas le regarder ainsi, assis face à moi, l'air tout à fait normal, étant comme de parfaits inconnus. Je ne suis pas en capacité de le faire, la culpabilité me rongeant bien trop l'âme. Je m'en veux, terriblement. Je me suis toujours détesté pour ça, j'en suis tombé malade, de nombreuses fois. J'ai toujours essayé de montrer que tout ça, ça ne me touchait pas, j'ai toujours voulu montrer de la bravoure bafouée et fausse, mais au fond, tout ça, ça m'a détruit, certes pas autant que lui, mais le voir se prendre des coups, par ma faute, ça n'a jamais été simple, j'ai toujours souffert en silence. Mais je n'ai pas à me plaindre, c'est lui qui est à plaindre et moi à détester. Je me mords la lèvres, entendant ses mots, si durs, mais si vrais. Il a raison de me haïr, je ne suis qu'un bâtard, un ami indigne. Je mérite d'être jeté aux cachots pour avoir osé agir de la sorte, pour avoir presque tué mon meilleur ami, j'ai gâché sa vie. « Ce n'était pas mieux, ne dis pas ça. Je ne sais pas pourquoi j'ai agi comme ça, je ne sais pas. Mais je sais que ce n'était pas bien. Et je sais qu'il est trop tard. Tu as le droit de me détester, c'est justifié mais . . . je n'ai jamais voulu ça ». C'est si facile de dire ça désormais, alors que tout est terminé, alors que tout fait partie du passé. S'il ne s'était pas entaillé les bras, peut être que jamais cette situation n'aurait pris fin, peut-être que cela aurait perduré encore plusieurs années, j'aurai été toujours aussi lâche. Je ferme les yeux, serrant les poings, non pas par colère, mais par honte, tristesse et culpabilité. C'est vrai qu'après l'accident je ne suis pas venu le voir car je ne pouvais pas le faire, parce que j'étais à l'armée et parce que j'avais besoin de me purifier mon âme, d'enlever tous ces pêchés. J'aurai pu rester longtemps encore à l'armée, donnant ma vie pour la patrie, pour sauver des vies, moi qui ais failli en prendre une, mais un accident m'a obligé à revenir sur la terre ferme, m'obligeant à ressasser tout ça, à payer encore pour mes pêchés. Jeunes, on fait des choses regrettables qui marquent à jamais une vie. Je n'ai pas le temps d'en dire plus, de parler pour ma défense, de tenter de me faire pardonner même si je sais que c'est mal placé de ma part, car Juno se lève, subitement, désireux sûrement de partir, m’assénant de mots durs, blessants, ravivant toutes ces cicatrices. Je détourne le regard quand il me montre sa peau marquée. Je n'arrive pas à y faire face. Je revois encore, chaque soir, ces images, m'horripilant, me dégoûtant, me réveillant parfois en pleine nuit pour y vomir tout mon soûl. Je me lève brusquement et attrape son bras, l'empêchant de partir, le gardant encore un peu, frissonnant au contact de sa peau. « Je sais mes erreurs Juno. Et malgré ce que tu sembles le croire je n'ai jamais voulu ça. J'ai été idiot, ne pensant pas que ça allait prendre une telle ampleur. J'ai été lâche de te laisser seul, être battu, sans te défendre, parce que j'avais peur, parce que je croyais en sécurité du mauvais côté de la barrière, laissant ainsi mon meilleur ami . . . Je n'ai aucune excuse, tu as le droit de me haïr, de vouloir ma mort, je ne suis pas humain d'avoir agi de cette manière. Au lieu de te protéger je t'ai détruit. Je le sais, je le sais peut-être trop tard, mais je le sais. Je n'aurai pas dû ». Je finis par lui lâcher le bras, prêt à le laisser partir, le cœur encore lourd de regrets et n'ayant pas pu tout dire. « Ce serait mal placé d'avoir une discussion avec toi sur ce sujet, tout ça pour me faire pardonner, pour certainement me laver de mes pêchés, ça serait même égoïste, mais sache Juno . . . que . . . je ferai tout pour me faire pardonner. Parce que je t'ai fait trop de mal, et je ne peux me le pardonner, même s'il est trop tard . . . ».



Oh respectful zepplin signature


He will be free
Gritting your teeth, you hold onto me. It's never enough, I'm never complete. Tell me to prove, expect me to lose. I push it away, I'm trying to move. Hoping for more, and wishing for less. When I didn't care was when I did best. I'm desperate to run, I'm desperate to leave. If I lose it all, at least I'll be free.
Hasegawa Hiro
miley cyrus
avatar
miley cyrus
le blaze : Omija
orz depuis : 23/07/2016
bullsheit : 413
points : 653
date de naissance : 26/05/1993
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
# Re: We've come a long way from where we began [Feat Juno] - Jeu 4 Aoû - 23:20

We've come a long way from where we began
Feat Juno ♥

C'est dur d'avouer ses erreurs, de se faire rejeter. Bien sûr, je savais pertinemment qu'il n'allait pas accepter mes excuses, qu'il allait me haïr, me repousser, violemment, c'était même la seule solution, la seule voie de sortie, mais malgré tout, malgré moi, j'avais gardé espoir qu'il puisse me pardonner, qu'il puisse oublier cette erreur de jeunesse, mais ce n'est pas le cas. Je déglutis, difficilement. Oui, il était plus jeune, oui je n'ai pas su le protéger comme j'aurai dû le faire, oui je ne suis pas quelqu'un de bien pour avoir fait ça. Tout est de ma faute, si je ne l'avais pas répété, rien de tout cela ne serait arrivé, si je n'avais pas répondu à cette masse s'acharnant sur lui, si je n'avais pas suivi le mouvement, tout cela ne serait pas arrivé. Je culpabilise, énormément, au moins d'en devenir malade. J'ai envie de me gifler, de me punir, de me battre, de prendre sa place, de subir ce qu'il a subi, mais c'est trop tard, trop tard pour recommencer, pour revenir en arrière, pour me faire pardonner. Je suis un lâche c'est tout. J'ai mal à la poitrine quand il dit me détester. Il a raison, mais . . . cela ne m'empêche pas d'avoir mal, d'avoir la poitrine blessée, torturée. « Je sais que tu étais jeune Juno. Mais j'étais jeune aussi. Je ne savais pas . . . j'étais con. Stupide. Gamin. Je regrette, de toute manière je ne peux que regretter à l'heure actuelle». Je me mords la lèvre supérieure. Non ce n'est pas ça. Je ne le réalise pas que maintenant, je l'ai toujours su, et c'est bien pour cette raison que je rentrais angoisser, tous les jours, chez moi, vomissant mes tripes, dégoûté de moi-même. Je savais que c'était mal, que je ne devais pas faire ça, mais j'avais trop peur, peur des autres, et peur de bien d'autre chose. J'ai été peureux à l'époque, bien trop froussard pour surmonter tout ça. Je croyais bien faire, je croyais me protéger, mais au final, je me suis détruit et j'ai détruit la vie d'un ami, de bien plus qu'un ami. « J'avais peur Juno. Peur qu'il s'en prenne à moi, peur d'être la risée. J'ai été entraîné, par les autres, pensant que c'était mieux ainsi, mais j'ai eu tort. Je n'ai pas eu assez de courage pour affronter tout ça. Je suis impardonnable, je sais. Pour t'avoir laissé face à tout ça, de faire autant souffrir, abîmer ton corps . . . je me suis toujours rendu compte de mes erreurs. J'en ai été malade Juno, même si ça ne se voyait pas. J'ai blessé mon meilleur ami, détruit sa vie ». Je ne sais pas comment agir avec lui, je ne sais plus quoi dire, je suis noyé dans ce ras de marée d'émotions. Je baisse mes yeux, honteux, me rappelant soudainement de mes actes, de mes mots, de mon rejet. A ce moment là, j'ai pris peur , peur de ce que cela voulait signifier, peur de ce que cela pouvait changer, ne pouvant accepter un tel changement. C'est par ce baiser que j'ai su que les hommes ne m'étaient pas indifférents, n'osant pas me l'avouer et n'osant toujours pas. « Parce que je t'ai fait du mal Juno. Je . . . Je ne peux pas le supporter. Pendant 5 ans j'ai vécu avec cette culpabilité, avec cette ombre, ce vide en moi ». Je ferme les yeux, inspire. J'ai abandonné ma famille, ma petite sœur, par culpabilité, pour me faire pardonner, servir la nation, pour ne plus jamais à avoir à le revoir, pour ne plus qu'il ait à penser à mon visage, je voulais mourir en héro. Mais là encore, j'ai échoué. « Et . . . je ne savais pas que tu n'aimais plus les contacts . . . désolé ». Je vois qu'il en garde des séquelles et me faire pardonner semble insurmontable. « Je ne te demande pas de me pardonner mais laisse moi juste . . . ». Je déglutis. Je ne peux pas lui demander de rester à ses côtés pour le protéger, pour veiller sur lui. J'ai déjà trahi sa confiance. « Sache juste que je suis désolé, que je m'en veux . . . à mort. Je serai capable de tout pour . . . te faire oublier, effacer tout ça de ta mémoire. J'ai mal agi, je le sais. Je ne sais pas comment . . . je suis juste désolé, profondément désolé ». C'est tout ce que je peux dire.



Oh respectful zepplin signature


He will be free
Gritting your teeth, you hold onto me. It's never enough, I'm never complete. Tell me to prove, expect me to lose. I push it away, I'm trying to move. Hoping for more, and wishing for less. When I didn't care was when I did best. I'm desperate to run, I'm desperate to leave. If I lose it all, at least I'll be free.
Hasegawa Hiro
miley cyrus
avatar
miley cyrus
le blaze : Omija
orz depuis : 23/07/2016
bullsheit : 413
points : 653
date de naissance : 26/05/1993
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
# Re: We've come a long way from where we began [Feat Juno] - Ven 5 Aoû - 21:40

We've come a long way from where we began
Feat Juno ♥

Je me mords la lèvre supérieure, gêné par cette situation. J'ai toujours voulu me retrouver face à lui, pour pouvoir enfin exposer les choses, comme elles se doivent de l'être, mais aujourd'hui, je me rends compte que c'était sûrement mieux sans ces retrouvailles car j'ai l'impression de ne pas savoir quoi dire, de ne pas être très doué avec les mots, de m'embrouiller au lieu d'avancer. Je suis dans le flou total, dans un nuage épais, me noyant dans cette vapeur, me rendant aveugle. Je sais pertinemment que c'est de ma faute ce qui est arrivé. Si je n'avais pas répété, si je n'avais pas osé l'avouer aux autres, rien de tout cela ne serait arrivé. En allant dire ce qu'il s'était passé avec lui, je ne m'étais pas douté une seule seconde des conséquences que cela allait engendrer, encore insouciant de mes actes. « J'ai pris peur Juno. Pour moi c'était inconcevable. Tu avais 12 ans et moi 16 ans. Je ne voyais que les femmes et tu étais mon meilleur ami. J'ai eu peur de tout ça, parce que pour moi, ce n'était pas bien, pas sain. J'ai couru en parler parce que j'ai éprouvé la nécessité de le faire. Je n'ai pas su garder tout cela pour moi, j'avais besoin de le dire, à quelqu'un, qu'importe la personne, c'était trop lourd comme événement ». A 16 ans on a tendance à dire des choses regrettables, dire des mots affreux, répéter certaines choses qu'il est préférable de ne pas révéler. Je l'ai compris contre mon gré. « Ce n'est pas parce que je semble être bien portant que c'est forcément le cas Juno . . . Crois le si tu veux ou non mais tout ça a eu des répercutions dans ma vie », comme le fait d'avoir abandonné ma famille, d'être entré à l'armée, de ne plus pouvoir me regarder comme avant dans un miroir, détester la maltraitance humaine dont le bizutage, me réveiller parfois en sueurs la nuit, ayant parfois des périodes noires. Maintenant je le sais, même trop tard, chaque action a de graves conséquences sur sa vie future.  Je souris, intérieurement. Je suis heureux d'entendre qu'il a avancé, qu'il a grandi, mûri. Il semble être vraiment devenu fort et peut être que moi aussi je devrai oublier, avancer, faire avec, sans être hanté jouer et nuit par ce souvenir. Ce n'est pas difficile, le passé est le passé n'est-ce pas ? Je ne peux pas le changer et Juno ne semble pas non plus m'accepter de nouveau dans sa vie, préférant sûrement me voir loin que près de lui. Mais . . . au fond, maintenant que je sais qu'il est là, présent, je doute pouvoir m'écarter de sa vie. Quelque part je veux partir sur de nouvelles bonnes bases, pour redevenir son . . . ami, certainement. « Tant mieux que tu ais avancé, je ne t'ai jamais demandé de ne pas le faire ». Au moins, les cicatrices ont su, probablement, se refermer et pas grâce à moi.

Oui je ne sais que dire désolé et alors ? Que puis-je ajouter ? Que puis-je faire ? Je ne sais pas, je n'ai pas encore réfléchi, tout est trop soudain, trop précipité. Je veux juste me faire pardonner, lui redonner le sourire, lui faire comprendre que j'ai changé, radicalement changé. « Je ne suis pas faible », dis-je en serrant les poings, « mais qu'est-ce que tu veux que je dise ? Que je fasse ? Que je rigole, que je le prenne sur le ton de la rigolade, que je fasse comme si de rien n'était ? Tu préfères que je te fasse une accolade ? Dis moi Juno, dis moi ce que je dois faire. Je ne sais plus, je ne sais pas avec toi ». Je suis surprise de savoir qu'il aime tout de même encore les hommes, j'aurai pu le dégoûter, mais finalement non, il continue d'aimer les femmes et les hommes. Mais qu'est-ce que ça fait qu'il les aime désormais ? Ça ne fait plus rien . . . même si je suis encore chamboulé. « Ce n'est pas grave. Ça ne fait plus rien. J'ai changé Juno. J'accepte toutes les personnes. Tu sais au fond . . . », je me tais, ne préférant rien dire. Oui au fond je crois que moi aussi j'aime les hommes, mais je ne veux pas, je ne peux pas. « Je . . . Je n'ai jamais eu un souci avec les hommes aimant les hommes. A l'époque j'avais juste du mal à accepter . . . tout ça, c'est tout, mais j'accepte tout le monde Juno, tout le monde ».



Oh respectful zepplin signature


He will be free
Gritting your teeth, you hold onto me. It's never enough, I'm never complete. Tell me to prove, expect me to lose. I push it away, I'm trying to move. Hoping for more, and wishing for less. When I didn't care was when I did best. I'm desperate to run, I'm desperate to leave. If I lose it all, at least I'll be free.
Hasegawa Hiro
miley cyrus
avatar
miley cyrus
le blaze : Omija
orz depuis : 23/07/2016
bullsheit : 413
points : 653
date de naissance : 26/05/1993
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
# Re: We've come a long way from where we began [Feat Juno] - Sam 6 Aoû - 12:59

We've come a long way from where we began
Feat Juno ♥

Je fronce malgré moi des sourcils lorsqu'il me dit qu'à l'époque, j'aurai mieux fait de lui expliquer, le repoussant, mais à cette époque, je pensais que le faire était un risque pour notre amitié et que celle-ci allait prendre fin si j'agissais de la sorte,  malheureusement, il n'a pas fallu d'un rejet pour la détruire. Toutefois, il n'y a pas que ça, il y a quelque chose de plus ancrée, de plus profond, que je ne pourrai dévoiler. Sa révélation a fait ressortir des choses, des émotions, des secrets, enfouies, en moi et j'ai pris peur. Tout cela a eu un énorme impact dans ma vie, dans mon équilibre, et j'ai faibli, j'ai fui tout ce que cela pouvait signifier, tout ce que cela pouvait représenter pour moi. Encore aujourd'hui, malgré toutes ces années qui se sont écoulées, j'ai encore du mal à y faire face. Pourtant je le sais. Je sais au fond de moi que j'aime les hommes et que j'ai aimé Juno, comme lui m'a aimé, mais je ne peux pas l'accepter. « C'est bien plus compliqué que tu ne sembles le croire Juno. Ce n'est pas aussi simple que ça. A cette époque, je ne pouvais pas te le dire, je ne pouvais pas te rejeter ». Encore aujourd'hui, en le voyant ici présent, j'ai l'impression que mon âme s'embrase, que je succombe, de nouveau. J'inspire profondément, en entendant ses paroles. J'accepte mes choix, je me dois de les accepter, de toute manière il est trop tard, à quoi cela sert-il de ressasser le passé lorsqu'il ne peut plus être modifié. On peut s'en vouloir, culpabiliser pour certaines choses, se morfondre, se détester pour telle ou telle chose, mais au final, rien ne va jamais. Le passé restera ainsi. Il ne peut bouger, seul le futur peut prendre un meilleur aspect. Néanmoins, les blessures du passé restent, profondes. « Mais toi Juno, tu arrives à vivre comme tout le monde » dis-je en essayant de capter son regard, pour voir sa réaction. Il me demande de vivre comme tout le monde, d'accepter mes choix, mais même si je le fais, ça restera, quoique je puisse faire, ça restera, à jamais.

Je ne sais pas si je suis en colère ou si je suis vexé, mais le fait qu'il ose dire de moi que je suis faible me déplaît fortement. Comment peut-il dire ça ?  Certes j'ai quelques faiblesses comme tout autre être humain et il fait partie de ma faiblesse mais ce n'est pas pour autant que je suis un être faible. En règle générale je suis même distant, froid, avec les autres, préférant ne pas trop tisser de lien, même si cela ne m'empêche pas d'être un homme doux et attentionné. Je scrute de mon regard la silhouette de Juno, me demandant pendant un court moment s'il est vraiment le même. Les personnes changent, se transforment, surtout au fil des années, on devient autre. Il avait 12 ans à cette époque, il s'en est passé des choses dans sa vie, comme dans la mienne. Moi je suis devenu plus sérieux, à cause de nombreuses péripéties, plus raisonné, attentionné, mais gardant ses distances avec autrui. J'ai mûri, en bien ou en mal, je ne sais pas, mais j'ai évolué. Je ne suis plus tout à fait le même. « Je t'ai connu oui, c'est vrai, mais es-tu réellement le même Juno ? Tous les deux nous avons grandi, il y a des choses qui ont changé, alors je doute que nous soyons tout à fait les mêmes que par le passé ». Certes, cela ne veut pas dire totalement changer, mais nous ne sommes pas les gamins de l'époque. Moi par exemple, comme je viens si bien de lui dire, je ne rejette plus les hommes aimant les hommes, peut-être que je n’arrive pas à m'accepter comme tel mais cela ne m'empêche pas d'être ami avec ces personnes. J'écarquille les yeux lorsqu'il me demande si je l'ai remplacé, si j'ai trouvé un autre ami, devenant tout aussi proche que nous l'étions à l'époque. Oui j'ai trouvé un autre meilleur ami, un frère, une personne sur qui je peux compter, mais ce n'est pas pareil. Je ne saurai l'expliquer mais avec Juno c'était plus fusionnel, plus intense. C'était lui et moi, c'était nous. « Non . . . », je baisse les yeux, « j'ai rencontré un autre homme . . . qui est devenu mon meilleur ami, mais . . . ce n'est pas pareil. Rien n'est plus pareil. Toi tu étais . . . toi, c'était une autre relation. Je ne peux pas t'expliquer Juno mais . . . pour moi tu es unique, c'est tout ». Je ne peux pas le dire autrement. Jamais personne ne pourra le remplacer.



Oh respectful zepplin signature


He will be free
Gritting your teeth, you hold onto me. It's never enough, I'm never complete. Tell me to prove, expect me to lose. I push it away, I'm trying to move. Hoping for more, and wishing for less. When I didn't care was when I did best. I'm desperate to run, I'm desperate to leave. If I lose it all, at least I'll be free.
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
# Re: We've come a long way from where we began [Feat Juno] -
 
We've come a long way from where we began [Feat Juno]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» We've come a long way from where we began [Feat Juno]
» It's been a long day without you my friend :: feat Maloe
» JAYDEN&ALIZEE ✱ we've come a long way from where we began.
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Sujet a long terme: ork sauvage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH RESPECTFUL ZEPPLIN :: campus T’aurais pas un peu pris la grosse tête au niveau des joues toi ? :: autour du campus :: gymnase-
Sauter vers: