AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

 laisse-toi aller baby - Masayuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kada Ashihei
albus dumbledore
avatar
albus dumbledore
le blaze : Shina.
orz depuis : 14/08/2016
bullsheit : 112
points : 125
date de naissance : 14/09/1981
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
# laisse-toi aller baby - Masayuki - Lun 15 Aoû - 15:57
laisse-toi aller baby.


Les cours venaient de se terminer et Ashihei n'avait plus qu'une idée en tête : sortir. Ce soir-là, il n'avait pas envie de rentrer chez lui, manger, se doucher pour ensuite s'installer sur son canapé avec une bonne vieille série et corriger les copies de ses étudiants. Ce quotidien-là, il l'appréciait, mais il avait sérieusement besoin de prendre une pause avec. Il aimait être un homme de la nuit, s'amuser en boîte de nuit et ne pas terminer les soirées seul avec lui-même. Et, bien sûr, pour l'occasion il avait alpagué son collègue Masayuki dans un couloir un peu avant l'heure du déjeuner. Masayuki n'étant pas vraiment du genre à sortir s'amuser, Ashihei avait un peu du lui forcer la main... et il avait réussi à le convaincre.
Le professeur ne pouvait plus se défiler parce que dans le cas contraire, Ashihei ne se priverait pas de l'ennuyer encore plus dans l'avenir. Ils s'entendaient bien, Ashihei l'appréciait pour son côté travailleur, mais il ne saisissait pas comment il demeurait toujours dans cette même optique. Il fallait souffler, se changer les idées. Il lui avait donc donné rendez-vous à Roppongi aux alentours de 22h30 pour débuter la soirée tranquillement. Comme il savait que son ami n'était pas habitué à ce genre de lieu, mieux valait commencer avant que tous les étudiants ne débarquent.

« Et n'oublie pas de venir ! Je ne te pardonnerais pas sinon », lui avait-il lancé en quittant l'université.

[...]

Quelques heures plus tard, Ashihei sortait de la douche. Il enfila un costume qu'on n'avait pas vraiment l'habitude de lui voir porter lors de ses heures de cours. Pantalon noir, veste de la même couleur, il évita soigneusement de ne pas porter de chemise en dessous, juste un simple marcel blanc qui dévoilait ses nombreux tatouages. Il accrocha sa montre à son poignet, coiffa rapidement ses cheveux d'un coup de brosse, mais n'oublia pas de parfumer son cou. Une petite touche toujours plaisante parmi une marée humaine de transpiration. Avant de quitter son appartement, il enfonça son portable et son porte-feuilles dans ses poches et ceux-ci ne tardèrent pas à se faire rejoindre par ses clefs.
Comme il n'était pas très loin du quartier, il emprunta un bus qui ne mit qu'une vingtaine de minutes pour l'emmener où il désirait. Il jeta un bref coup d’œil à sa montre : il était dans les temps. Descendant du bus, il bifurqua dans une rue parallèle, s'engouffrant dans un magasin de musique un peu perdu au milieu de nulle part. Il commanda de nouvelles cordes pour sa guitare au vendeur qui somnolait à moitié sur le comptoir avant de quitter l'établissement.
Il vint se poster devant un magasin que Masayuki ne pourrait pas manquer, ne patientant qu'à peine cinq minutes avant de l'apercevoir traverser la rue. Il lui adressa un signe de la main. Il s'approcha de lui, un sourire plaqué sur le visage.

« Je suis content que tu sois venu ! Prêt pour passer la meilleure soirée de ta vie ? »

Il lui tapa amicalement sur l'épaule, riant quelques secondes de l'expression qu'affichait le visage de Masayuki. Il ne semblait pas tellement croire qu'il passerait la meilleure soirée de sa vie, mais Ashihei était convaincu pour au moins deux personnes. Avec tout le brouhaha du quartier qui leur parvenait aux oreilles, il était plus que temps de se mêler à toute cette population en fête.
lumos maxima
Oh respectful zepplin signature


music can change the world.
Although this world's full of sorrow, we're smiling through the pain. We won't let it let it get us down. We just brush it off and start again.
Haibara Masayuki
albus dumbledore
avatar
albus dumbledore
le blaze : Harpe
orz depuis : 04/08/2016
bullsheit : 139
points : 190
date de naissance : 17/11/1984
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
# Re: laisse-toi aller baby - Masayuki - Jeu 18 Aoû - 10:11

 
 

 

  baby
laisse-toi aller
 

 

 
(tenue)

C’était presque du chantage.
Son collège et ami Kada Ashihei savait comment s’y prendre avec lui pour le faire céder en toutes circonstances. Ce dernier l’avait invité à aller... en boîte de nuit. C’était à Masayuki ce qu’est monter dans un arbre à un poisson. Ashihei était cependant quelqu’un d’appréciable, qui se montrait agréable et Masayuki ne savait dire non à un homme de tant d’enthousiasme ! Bien sûr, il s’était fait un peu prier. L’idée de devoir se pavaner et de boire de l’alcool n’avait rien d’entraînant.

La fin des cours avait sonné. Masayuki quitta la salle en dernier, s’assurant que tout le monde était bien sorti et que personne n’avait rien oublié. Le rendez-vous pour Roppongi était dans plusieurs heures et avant cela, il y avait du travail !
En rentrant chez lui, il passa par le lycée pour récupérer son neveu, Eivind, qui venait tout juste de finir les activités de son club de kyûdô. Il essaya tant bien que mal de faire la conversation, mais l’adolescent était réfractaire à toute discussion... Il ne parlait que pour se moquer ou faire des remarques désobligeantes. Masayuki se demandait ce qu’il avait pu louper pour qu’il devienne ainsi, alors qu’il y a à peine un an, ils étaient les meilleurs amis du monde.

Masayuki laissa Eivind devant la télévision et se retira dans sa chambre. Une heure avant la rencontre, il se prépara. Comment fallait-il s’habiller ? Il avait une vision plus ou moins « dénudée » des boîtes de nuit... « Délurée » aussi. De toute façon, Masayuki préférait garder ses tatouages et son torse pour lui-même (et espérait-il, pour un certain bel élève...), alors il opta pour ce qu’il portait habituellement : un pantalon noir ainsi qu’un pull près du corps gris et bleu. Il faisait bon aujourd’hui, inutile de s’encombrer davantage.
Il revint dans le salon et annonça à son neveu qu’il ignorait à quelle heure il rentrerait.
Eivind daigna se tourner vers lui, son sourire s’élargit et il déclara : « Tu es le stéréotype même du type coincé. »
Masayuki se figea et baissa les yeux vers sa tenue. L’autre ricana. « Au moins tu t’en rends compte. » Le professeur préféra ne pas entrer son jeu : « Ne te couche pas trop tard. » Et il s’en fut, sachant que quoi qu’il dise, Eivind ne l’écouterait pas.

Une demi-heure plus tard, il garait sa voiture dans un parking trouvé au hasard. Il n’était pas coutumier de Roppongi, aussi chercha t-il un peu son chemin. Mais voilà Ashihei, patientant tranquillement devant une boutique... colorée.
« Je suis content que tu sois venu ! Prêt pour passer la meilleure soirée de ta vie ? » s’exclama Ashihei.
Masayuki eut un rire nerveux et se tortilla une mèche de cheveux. Il regarda autour de lui, inquiet de tout ce tapage nocturne. À tout moment, il allait se faire embarquer dans la marée.
« J-je ne vois pas comment on peut s’amuser dans ce genre d’endroit... Mais je te laisse le bénéfice du doute. »
Il contempla son collègue. Classe, enjôleur et charmeur, sans être vulgaire, mais sûr de lui, bref c’était foutu pour passer inaperçu. Masayuki espérait du moins que cela lui donnerait une occasion de rester tranquillement dans son coin.

Ashihei le tira brusquement de ses réflexions, et Masayuki le suivit, jetant des coups d’oeil inquiets de tous les côtés. Qu’est ce qu’il pouvait y avoir comme monde !
« Qu’as-tu l’intention de me faire faire ? », lui demanda t-il.
 
made by pandora.
Oh respectful zepplin signature



looking down on the clouds

   
©️ by anaëlle.
Kada Ashihei
albus dumbledore
avatar
albus dumbledore
le blaze : Shina.
orz depuis : 14/08/2016
bullsheit : 112
points : 125
date de naissance : 14/09/1981
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
# Re: laisse-toi aller baby - Masayuki - Jeu 18 Aoû - 15:59
laisse-toi aller baby.


Ce serait sans le moindre doute une bonne soirée, mais dans un premier temps, Ashihei s'apercevait bien que Masayuki ne semblait pas être dans son élément. Et il était loin de savoir combien. En tout cas, il était là et les lumières de la ville commençaient à s'agiter plus qu'eux. Le professeur de musique adressa un sourire sincère à son collègue avant d'accrocher son bras au sien.

« On va aller dans un bar pour commencer, boire un verre ou deux. Après, si tu es toujours en forme, je vais t'emmener danser ! » lui apprit-il en riant.

Est-ce que c'était un programme qui intéressait particulièrement son interlocuteur ? Bah, après tout, il n'y avait pas autant de questions à se poser. Il était plus que temps de s'engouffrer entre les rues mal-éclairées de Roppongi. Ce fut donc ce qu'ils firent, se faufilant entre les personnes déjà plus ou moins éméchées qui avaient la tête penchée dans les égouts. A ce moment, Ashihei se demanda si Masayuki était du genre à tenir l'alcool ou à vomir dès le premier verre... Sachant que son collègue n'était pas tout à fait habitué à ça, c'était soit l'un, soit l'autre.
Finalement, le tatoué désigna une enseigne dans laquelle il s'était déjà rendu. Un établissement qui n'avait rien de fameux vu de l'extérieur, mais l'intérieur était plutôt cosy. Et puis les boissons avaient un prix raisonnable, surtout lorsqu'on connaissait le propriétaire de cet endroit. Ashihei entraîna Masayuki jusqu'au bar où ils trouvèrent deux tabourets libres.

« Par quoi tu veux débuter ? Une petite bière ? Ou un cocktail ? Ils en font de très bons ici pour un prix vraiment ridicule. »

Ce fut ce que lui choisit en tout cas. Autour d'eux, le bar se peuplait doucement, mais sûrement. A bientôt onze heures du soir, les businessmans laissaient peu à peu place à des étudiants venus se perdre dans les environs. Ce qui amusait Ashihei, c'était parfois de tomber sur ses propres étudiants. Oui, il était de ces professeurs qui appréciaient se joindre à leur soirée - et comme il tenait particulièrement bien l'alcool, il n'y avait pas de problèmes.

« On trinque au fait que j'ai réussi à te faire sortir de ta tanière ? lança Ashihei en levant son verre. Sinon, comment ça va avec tes élèves ? Ils sont tellement stressés par les examens, je ne sais pas toi, mais moi je les vois bien plus intéressés par mes exercices pratiques. »

Après tout, il était plus simple pour un professeur de musique de faire pratiquer ses élèves. Instruments de musique en tout genre, laisser leur imaginer à leur libre cours... un bon remède pour faire le vide et penser à autre chose le temps d'une heure ou deux.

lumos maxima
Oh respectful zepplin signature


music can change the world.
Although this world's full of sorrow, we're smiling through the pain. We won't let it let it get us down. We just brush it off and start again.
Haibara Masayuki
albus dumbledore
avatar
albus dumbledore
le blaze : Harpe
orz depuis : 04/08/2016
bullsheit : 139
points : 190
date de naissance : 17/11/1984
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
# Re: laisse-toi aller baby - Masayuki - Lun 22 Aoû - 10:37

 
 

 

  baby
laisse-toi aller
 

 

 
(tenue)

Masayuki se laissa entraîner par Ashihei en se demandant à quel sauce il allait être mangé. Boire un verre ou deux, danser ? Et sinon, c’était possible de se planquer dans les toilettes tout le temps de la soirée ? Quoique, c’était à risquer d’être attaqué par une ou un fou furieux ayant abusé du whisky. De toute façon Masa n’avait pas son mot à dire, et puis il ne voulait pas gâcher les efforts de son collègue, un chic type.
Les rues grouillaient de monde, heureusement qu’Ashihei lui tenait le bras. Roppongi avait une connotation moins « light » que d’autres quartiers, ce qui ne le rassurait pas spécialement...

Déjà, le musicien le faisait entrer dans un bar miteux au premier abord, mais à l’atmosphère plus sympathique une fois à l’intérieur. Masayuki s’assit sur le tabouret désigné, jetant des coups d’oeil autour de lui, l’air nerveux.
« Euh... Un cocktail... » Il consulta rapidement la carte. « Là, un malibu orange, ce n’est pas bien fort. » Il espérait que le barman n’est pas l’idée d’avoir la main lourde... Il n’avait jamais bu plus d’un verre et n’avait jamais été bourré non plus, mais surtout n’avait aucune envie d’en connaître les effets.
La fille du gars était du genre rapide, ils eurent leur boisson en même temps qu’il faut pour le dire. Ashihei annonça qu’il était temps de trinquer, ce qui sortit Masayuki de l’inspection de son verre.
« Kampai ! » fit-il avec lui. Il renifla une dernière fois la boisson et but une première gorgée en grimaçant. Urf, on sentait un peu l’alcool à son goût. Après une seconde lampée il posa son verre pour s’engager dans la conversation. « C’est une question de matière. La musique nécessite moins de théorie que la médecine, pour des raisons évidentes. » On sentait Masayuki nettement plus à l’aise dès qu’il s’agissait de travail. « C’est plutôt amusant de les voir stresser, ce qui leur joue des tours lors des cours démonstratifs. Avec le manque de sommeil et un régime alimentaire peu adapté, regarder des muscles en détail sur un cadavre cause des vagues de nausées et ce qu’on appelle ‘ la rue vers la cuvette ‘. » pouffa t-il.

Ce n’est qu’à ce moment qu’il remarqua que la jeune femme assise à côté d’eux les écoutait attentivement. Euh... Masayuki tenta d’ignorer ses yeux brillants. Forcément, c’était à côté de lui qu’elle était assise ! Il poursuivit la discussion. « Que comptes-tu faire alors pour amoindrir leur stress ? Tel que je te connais, tu as plus d’un atout dans ta manche... » Ashihei était un homme plein de ressources et d’idées, une qualité géniale lorsqu’on est professeur.
Il n’avait jamais vraiment entendu Ashihei jouer. Il faudrait qu’il lui demande à l’occasion.
Euh, c’était lui où la jeune femme derrière s’était rapprochée ? Il sentait sa respiration dans son cou... Et accessoirement, sa poitrine dans son dos. Oulalah. No way no way no way. Masayuki fixa Ashihei intensément, ce qui signifiait certainement ' help ! '. Il espérait que c'était par intérêt pour Ashihei. Il n’était guère prudent, enfin tout dépendait des gens avec qui on se trouvait, de dire que l’on était gay, mais Ashihei ne le savait pas.
Masa n’avait rien contre les femmes, certaines étaient des amies et des connaissances appréciables, mais le rentre dedans, il ne pouvait pas. Il avança le tabouret vers son collègue, presque l’air de rien et but de son cocktail pour se donner de la contenance.
« Tu viens ici souvent ? Tu as l’air de bien connaître cet endroit... »
 
made by pandora.
Oh respectful zepplin signature



looking down on the clouds

   
©️ by anaëlle.
Kada Ashihei
albus dumbledore
avatar
albus dumbledore
le blaze : Shina.
orz depuis : 14/08/2016
bullsheit : 112
points : 125
date de naissance : 14/09/1981
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
# Re: laisse-toi aller baby - Masayuki - Dim 28 Aoû - 18:35
laisse-toi aller baby.


Dès qu’ils trinquèrent et qu’Ashihei aperçut la grimace de son interlocuteur, il ne put s’empêcher de se mettre à rire légèrement. S’il commençait à peine à grimacer sur ce premier verre, le professeur de musique se demandait déjà comment est-ce que cela serait lorsqu’ils auraient bu deux ou trois verres supplémentaires... Mais bon, il préféra ne pas mentionner cela dans un premier temps. Autant aborder un sujet que Masayuki appréciait et semblait plutôt à l’aise lorsqu’il en parlait. Bien sûr, le tatoué avait tapé dans le mile. Un fin sourire se traça sur ses lèvres en écoutant les propos de son collègue ; bientôt suivi par un rire.

« J’imagine que ce n’est pas forcément plaisant de voir un cadavre de bon matin, approuva Ashihei. Tu ne serais pas un professeur un peu sadique ? Je comprends mieux pourquoi ils arrivent plus décontractés chez moi, le taquina-t-il. La musique leur permet vraiment d’évacuer tout ça. Toutes nos matières sont complémentaires, finalement. »

Et il but une nouvelle gorgée de sa propre boisson, jetant un rapide coup d’œil à la demoiselle qui paraissait intéressée par ce qui se passait entre les deux hommes. Aurait-elle eu un petit coup de cœur pour Masayuki ? Après tout, il était plutôt bel homme, ce n’était pas Ashihei qui dirait le contraire. Et, d’ailleurs, il semblait assez mal à l’aise – sûrement l’avait-il remarqué aussi. Voyant toutefois qu’il n’y prêtait pas attention, Ash en fit de même, s’amusant intérieurement de la situation.

« Je les laisse en autonomie totale et, ce que j’aime par-dessus tout, c’est de les voir monter de petits groupes pour s’entraider. Ils jouent ce qu’ils veulent, testent un peu tout et viennent me voir pour me demander ce que j’en pense. C’est tellement mieux que des cours théoriques ! » rit-il.

Même s’il n’était pas là depuis longtemps, Ashihei était considéré comme un « prof cool ». Lui-même n’ayant pas été spécialement sérieux en cours, il laissait passer un grand nombre de choses, tout en demeurant toujours à l’écoute et relativement strict lorsque les événements l’imposaient. Il savait se faire respecter sans se faire manger par ses élèves. De toute façon, quand il voyait l’un de ses étudiants en train de faire n’importe quoi, il ne lui laissait pas cinquante solutions : soit il quittait la salle, soit il se reprenait en main. Quoiqu’il en soit, la question ne paraissait plus réellement résider là-dedans...
Le regard de Masayuki criait au secours ou bien Ashihei se faisait-il des films ? Il ne put, cette fois-ci, pas se retenir de pouffer comme un gosse de quinze ans. Si la demoiselle ne plaisait pas à son compagnon, il pouvait très bien lui dire de lui-même, non ? Peut-être qu’avec un verre supplémentaire dans son organisme il parviendrait à le faire.

« Deux shoots de vodka, s’il-te-plaît ! lança-t-il au barman. Oui, je viens quelques fois... Mais je connais d’autres endroits que je te réserve pour une prochaine sortie ! Sinon... fit-il sur le ton de la confidence, elle a l’air de bien t’apprécier la brunette derrière toi. »

Non, sans blague. Comment rendre encore plus mal à l’aise Masayuki... Au moins, cela le ferait peut-être réagir. Bon, Ash exagérait un peu, mais ce n’était rien en comparaison du fait qu’il fit un geste à la fameuse demoiselle pour qu’elle s’approche d’eux, un peu plus encore.

« Je crois que tu importunes un peu trop mon ami, lui dit-il en un sourire. N’est-ce pas, Masa ? »

S’il avait besoin d’un coup de main, autant demander au professeur de musique qui n’avait pas la langue dans sa poche et aucun mal pour aller au contact direct avec les autres. Au même instant, les shooters rejoignirent leurs cocktails à demi-entamés.

« Cul-sec ? »

Sourire de défi en direction de son collègue. Serait-il prêt à aller un peu plus loin dans ce début de débauche ?
lumos maxima
Oh respectful zepplin signature


music can change the world.
Although this world's full of sorrow, we're smiling through the pain. We won't let it let it get us down. We just brush it off and start again.
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
# Re: laisse-toi aller baby - Masayuki -
 
laisse-toi aller baby - Masayuki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bolin ♥ Laisse toi aller
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Laisse la force te guider [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH RESPECTFUL ZEPPLIN :: tokyo la vie au milieu d'une bande dessinée :: 六本木, roppongi :: downtown-
Sauter vers: